Du chaud

Velouté d’asperges blanches et bouchées de sarrasin aux graines

IMG_1110 (2)

J’ai cru pendant longtemps qu’une asperge se mangeait fine et verte. Jusqu’au jour où j’ai rencontré un producteur qui m’a expliqué qu’une asperge de choix était nacrée et charnue. En raison du printemps précoce, les asperges sont arrivées plus tôt cette année. Si vous en profitez depuis quelques temps déjà, voici une petite recette pour faire durer le plaisir !

S’il est possible de l’accommoder de bien des manières, sa saveur subtile mérite de n’être pas dénaturée par des accompagnements trop forts. Dégustée en vinaigrette, ou dans des salades printanières comme ici, on la cuisine aussi classiquement en velouté.

Rien ne nous empêche cependant d’y apporter une petite touche de nouveauté grâce à la saveur bien distincte du sarrasin qui met en valeur la douceur de l’asperge ! Cuisiné sous forme de petites bouchées croustillantes et moelleuses réalisées à partir de simples flocons, voici un repas complet !


Pour 2 personnes

Pour le velouté

-500g d’asperges blanches

-1 belle pomme de terre

-1/2 oignon

-1/2 bouillon de légumes

-1 cs d’huile d’olive

Pour une douzaine de bouchées

-100g de flocons de sarrasin

-20 cl de lait (végétal ou non)

-4 cl de tamari (sauce soja)

-1 oignon

-1 verre de mélange de graines : ici sésame, lin, pavot

  • Éplucher les asperges : couper ½ cm du pied et peler les à l’aide d’un économe. Les couper en gros tronçons et trancher les têtes qui seront a récupérer pendant la cuisson. Éplucher et trancher aussi la patate et émincer l’oignon.
  • Dans un faitout, faire revenir l’oignon. Ajouter la pomme de terre et les asperges en morceaux. Couvrir d’eau, sans oublier le demi bouillon. Au bout de 20 minutes de cuisson, réserver les têtes d’asperges. Si les queues ne sont pas encore fondantes, poursuivre la cuisson 10 minutes.
  • Pendant ce temps, préparer les boulettes. Préchauffer le four à 180°C.
  • Dans une casserole, faire chauffer sans cesser de remuer les flocons, le lait, le tamari et l’oignon, jusqu’à obtenir une pâte bien épaisse (compter entre 5 et 10 minutes, tout dépend des flocons).
  • Laisser refroidir la pâte dans un bol puis former des petites boulettes à rouler dans une assiette remplie de graines. La pâte peut paraître collante, mais la surface en graines lui apporte plus de tenue.
  • Les disposer sur une feuille de papier cuisson et les cuire au four pendant une dizaine de minutes.
  • Au moment de servir, prélever environ 15cl de jus de cuisson de la soupe pour éviter que celle-ci soit trop liquide. Mixer et assaisonner d’un peu de poivre ou de crème selon votre goût. Présenter là avec les boulettes tièdes.

Astuce : Si la soupe de légumes, accompagné de son morceau de pain de campagne (ou sa boulette de sarrasin 😊 ) a été longtemps le « plat du pauvre », il reste néanmoins une riche source de fibres. Un petit rappel : les fibres sont la portion non digestible abondamment présente dans les végétaux comme les légumes, les fruits, les céréales ou les légumineuses. Si elles ne nous apportent « rien » directement car elles ne sont pas assimilables, elles restent très importantes pour leurs rôles dans la régulation du transit ou dans la qualité d’assimilation des autres nutriments.

Récemment des scientifiques ont découvert que la quantité de fibres que nous mangions impactait aussi sur la variété des bactéries qui composent notre flore intestinale, ou microbiote. De plus, ils mettent en avant que certaines maladies métaboliques en forte croissance à notre époque, comme le diabète ou l’obésité, sont mis en relation avec un microbiote appauvri. Aujourd’hui nous prenons donc à peine conscience qu’une flore riche est un véritable vecteur de santé, même si nous ne nions plus l’implication de ces milliards de bactéries qui peuplent notre intestin sur la digestion et la régulation de notre système immunitaire. Il est ainsi nécessaire d’en prendre soin ! Si chacun d’entre nous porte un microbiote différent, il est donc possible de l’enrichir et de le diversifier grâce à notre alimentation, notamment par un apport régulier de fibres végétales. A vos soupes !

Source : Intestin, l’organe qui révolutionne la médecine, Dossier Pour la science, Avril-Juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s